Affiche du film Maléfique le pouvoir du mal
La princesse Aurore, qui a dit enfin « oui » à la demande en mariage du prince Philippe, parvient à convaincre sa mère adoptive, la pas si méchante Maléfique, de l’accompagner voir ses futurs beaux parents. Mais la reine Ingrith, qui complote dans le dos de son mari et de son fils, leur a tendu un piège.
Suite du sympathique Maléfique, ce prévisible retour se contente d’exploiter le filon développé il y a 5 ans par Peter Stromberg.
La mise en scène, une nouvelle fois sans grand relief, continue de donner vie à un monde féerique dépourvu d’aspérité et digne d’une bonbonnière. Même la sorcière interprétée par Angelina Jolie semble, cette fois, plus Famélique que Maléfique.
Heureusement que la relève est assurée par la nouvelle méchante à laquelle Michelle Pfeiffer donne chair avec humour et dérision. Sa prestation évite au récit de sombrer dans une complète mièvrerie et donne un peu de piment à un final qui se serait pris beaucoup de plombs dans l’aile avec sa ridicule attaque de fées noires.
Reste à souhaiter que les fades Aurore et Philippe vivent heureux et aient beaucoup d’enfants dans un monde harmonieux et bienveillant, histoire de nous épargner le maléfice d’une autre suite.