Affiche du film Headshot
Un homme blessé est retrouvé sans connaissance sur une plage. À son réveil, il a perdu la mémoire mais ne s’est pas fait oublier de toute une meute de tueurs sanguinaires qui redouble d’effort pour l’éliminer définitivement. Heureusement, l’homme, increvable, a de la ressource.
Tout en s’inspirant, très vaguement, de La mémoire dans la peau, Kimo Stamboel et Timo Tjahjanto composent un film à la gloire de Iko Uwais (découvert grâce aux films The Raid et The Raid 2) destiné à mettre en valeur ses impressionnantes qualités athlétiques.
Headshot enchaîne donc sans temps mort, mais sans génie aussi, des scènes d’action où les spectaculaires acrobaties des acteurs rivalisent avec la violence extrême des affrontements. C’est dire que le film n’est pas à mettre sous tous les yeux et finit même par piquer les mirettes des spectateurs les mieux disposés par son côté répétitif et très vidéoludique (le scénario n’est qu’un prétexte pour enchaîner les bagarres de plus en plus hargneuses jusqu’au boss de fin). Pas de quoi se mettre une balle dans la tête devant ce spectacle même si, en ne tirant pas mieux parti du potentiel de leur acteur principal, les réalisateurs se sont clairement tirés une balle dans… le pied.