affiche du film L'incroyable histoire du facteur Cheval
Vie et œuvre du facteur Cheval qui construisit dans son jardin un improbable palais idéal.
Basé sur une vie dont on ne sait pas grand-chose, le scénario de L’incroyable histoire du facteur Cheval semble construit sur du vent. Trouvant le moyen, par un excès d’ellipses, d’être décousu et anecdotique sur les seuls évènements avérés de l’existence du facteur, en dehors de la création de son palais.
Une existence marquée par le deuil que le réalisateur semble avoir du mal à aborder trop occupé à faire de la belle image sur les magnifiques paysages de la Drôme.
Dans ce long déroulé tranquille, et entre deux trajets de brouettes remplies de pierres, les comédiens font ce qu’ils peuvent pour faire exister leurs personnages, notamment la pauvre Laetitia Casta qui passe beaucoup de temps à regarder son partenaire avec un sourire bienveillant et des yeux pleins de compassions. Il faut dire que le film ne vaut que pour la performance de Jacques Gamblin, acteur magnifique véritablement habité par ce rôle d’artiste autodidacte accablé par le sort. Taiseux mais d’une grande expressivité, il est la principale, voire l’unique, raison de regarder ce film.
Un bon documentaire aurait, sans doute, mieux fait l’affaire que ce scénario « D’après une histoire vraie », comme nous le précise l’affiche. Une véracité qui, comme les produits de l’année en supermarché, n’est pas forcément gage de qualité.