Affiche du film Morgane
Fruit d’une manipulation génétique, Morgane est une adolescente au comportement de plus en plus imprévisible et dangereux. Une consultante en gestion du risque est dépêchée dans la propriété isolée où ont lieu les expérimentations pour décider de son sort.
Quelle distribution : Kate Mara, Michelle Yeoh, Toby Jones, Paul Giamatti, Jennifer Jason Leigh, Brian Cox. Tous réunis pour soutenir le premier film d’un des fils de Ridley Scott.
Dans la lignée de Splice ou de Ex Machina, Luke Scott aborde à son tour le thème de l’intelligence artificielle sans vraiment parvenir à maîtriser son sujet.
D’abord conçu comme un huis clos, le film parvient à créer une certaine tension psychologique qui atteint son apogée lors de la rencontre entre Morgane et le psychologue (excellent Paul Giamatti) chargé de l’évaluer. Puis le récit retombe bêtement dans les travers du film d’action comme s’il n’avait plus rien à dire. L’affrontement et les castagnes entre Kate Mara et l’inquiétante Anya Taylor-Joy s’enchaînent alors de façon mécanique, sans aucune surprise. Même la révélation finale, amenée avec de gros sabots, s’avère bien trop prévisible.
Si Luke Scott convainc sur le plan visuel, notamment avec de superbes séquences en forêt, il ne possède pas encore les talents de conteur de son père pour permettre à son film (sorte de variation fauchée de Blade Runner) de se hisser au-dessus du simple divertissement sans âme.