Affiche du film Jumanji Bienvenue dans la jungle
Suite à la découverte d’un vieux jeu vidéo, quatre lycéens en retenue se retrouvent propulsés dans la jungle de Jumanji, dans la peau de leurs avatars.
Ils vont devoir apprendre à se fondre dans leurs nouvelles identités et à collaborer pour affronter les multiples dangers qui parsèment le jeu s’ils veulent avoir une chance de revenir dans le monde réel.
Loin d’être la suite opportuniste à laquelle on pouvait s’attendre, et même si elle reprend l’intrigue là où se terminait le premier film, Jumanji : Bienvenue dans la jungle se démarque de son aîné en se réappropriant habilement les règles du jeu.
Cette fois, l’intrigue se déroule à l’intérieur du Jumanji qui a su s’adapter à une nouvelle époque et que l’on voit passer, en un roulement de tambour tribal, du jeu de plateau au jeu vidéo dont il reprend les codes, les points de vie et les personnages non-joueurs.
Parsemé d’amusantes trouvailles qui se réfèrent à la culture dite « Geek », le film de Jake Kasdan bénéficie également d’un excellent quatuor d’acteurs qui s’en donne à cœur joie dans le second degré et l’autodérision. Et à ce petit jeu, c’est Jack Black, absolument parfait en avatar d’une blonde écervelée, qui remporte la partie.
Alors même si le film perd la dimension nostalgique qui faisait le charme de la version avec Robin Williams, il en conserve fort heureusement l’aspect divertissant, en accentuant l’humour et les délires permis par son sujet.
Pas de quoi s’indigner ni faire la fine bouche devant ce plaisant spectacle aux rouages bien rodés. Après tout, ce n’est qu’un jeu.