Deux brillants patineurs sur glace rivalisent de crétineries et se voient exclus à vie des compétitions simple messieurs. Contre toute attente, ils décident de former le premier couple masculin de l’histoire du patinage artistique.
Énorme !
Comment qualifier autrement (après le méconnu Ricky Bobby : Roi du circuit) cette nouvelle incursion de Will Ferrell dans le monde du sport ? Elle prouve, en tous cas, que si le ridicule sportif ne tue pas, il est une source inépuisable de gags.
Il faut dire qu’avec ses costumes ridicules, ses musiques aux orchestrations datées, ses chorégraphies improbables et ses athlètes qui se la pètent le patinage artistique est un microcosme de choix pour tous scénaristes de comédie en mal d’inspiration.
Candeloro pourrait-il avoir inspiré le personnage de Chazz Michael Michaels ? En tous cas, de la coupe de cheveux aux allusions salaces : tout y est.
Quant aux attitudes, pirouettes et autres sauts effectués sur la glace… Elles sont reproduites à l’identique mais avec le petit détail en plus qui fait mouche. Les lancés et portés adaptés aux deux hommes sont, bien évidemment, abordés avec la trivialité qui leur sied : entre « vautrage » artistique et casse noisettes.
A noter l’interprétation hilarante et toute en blondeur de Jon Heder qui tient les dragées hautes (au propre comme au figuré) à un Will Ferrell au jeu particulièrement burné.
Amateur de bon goût passe ton chemin, ici tout n’est que kitsch, ringardise et volupté… Pour qui sait apprécier.