Affiche du film Les nouveaux sauvages
Par vengeance, pour une insulte, une injustice, un accident, une tromperie : le vernis des conventions explose et laisse place à la sauvagerie.
Produit par les frères Almodovar, ce film Argentin renoue avec le ton noir et grinçant de la comédie à l’italienne et avec un de ses genres de prédilection : le film à sketches tombé en désuétude à la fin des années 60.
En six histoires, dont certaines frôlent le grandiose, Damián Szifron nous offre un festival de crises de nerfs mordant et drôle qui en dit long sur nos sociétés policés au bord de l’implosion. Un concentré de méchanceté poussé à l’extrême, porté par des dialogues percutants et des comédiens épatants.
Le premier récit (le meilleur ?) se déroulant dans un avion offre un décollage en fanfare que le cinéaste poursuit ensuite par une série de turbulences et de trous d’air qu’il filme sans faiblir, notamment un voyage en auto mouvementé et un mariage mémorable.
Avec Dino Risi, l’Italie avait Les Monstres (1964) et Les Nouveaux Monstres (1978). Avec Damián Szifron, l’Argentine a Les Nouveaux Sauvages.
Un film à mourir… de rire.

Cliquez ici pour voir la bande annonce.
(A éviter pour ne pas se gâcher les surprises que réserve le film)

Haut de la page d’accueil