Affiche du film The Raid 2
Le seul policier survivant d’un désastreux assaut dans un immeuble rempli de tueurs et de de dealers est obligé de reprendre du service. S’il veut mettre sa famille à l’abri de représailles, il doit infiltrer la mafia locale de Jakarta et faire tomber ses chefs, ainsi que les flics véreux qui travaillent pour eux.
Au cinéma comme dans la vie, le mieux est souvent l’ennemi du bien.
Avec la suite de The Raid, tonitruant huis clos d’action, Gareth Evans en fait la triste expérience.
Bien sûr, les combats sont toujours aussi époustouflants et le cinéaste et ses cascadeurs excellent pour faire ressentir physiquement aux spectateurs la violence des coups portés, parvenant à créer des scènes d’anthologie comme cet affrontement, à 1 contre 50, dans les toilettes d’une prison. Malheureusement, si Gareth Evans se sent à l’aise pour les affrontements en milieux confinés, il l’est beaucoup moins dès que son héros prend le large, à l’image de la durée du film : 2h30 contre 1h40 pour le premier opus.
Sur une telle distance, et malgré une course poursuite ébouriffante, l’intrigue (qui lorgne vaguement sur Infernal affairs) aurait nécessité un scénario plus fouillé et des personnages à la psychologie plus complexe et développée.
Dommage, car Gareth Evans, tout comme Tarantino, a l’art de créer des personnages haut en couleur : La muette tueuse aux marteaux, l’assassin à la batte de baseball ou le lieutenant d’un des chefs de la mafia à la dégaine de clochard. Des caractères intrigants qui sont, hélas, à peine esquissés malgré la longueur du film.
Très rapidement, on a l’impression de suivre un récit et des personnages prétextes qui servent uniquement à amener la prochaine bagarre, toujours plus longue, violente et spectaculaire. Un peu à l’image des films de Bruce Lee auquel Iko Uwais fait penser par l’impressionnant charisme qu’il dégage lors de ses divers affrontements.
Alors, prêt pour The Raid 3 ?
Pourquoi pas !
Mais pas tout de suite, parce que là, comme son héros : « J’suis crevé ! ».

Cliquez ici pour voir la bande annonce.

Haut de la page d’accueil