Affiche du film Tempête de boulettes géantes 2 : L'île des Miam-nimaux
Après avoir failli noyer la planète sous un flot de nourriture à cause d’une invention capable de transformer l’eau de pluie en aliments, Flint Lockwood découvre que sa machine folle a repris du service et fabrique des Miam-nimaux : créatures mi aliments, mi animaux.
Inutile de se raconter des salades, cela ne valait vraiment pas le coup de poireauter quatre ans pour cette suite indigeste destinée aux amateurs d’aventures humoristiques gras double.
A force d’alimenter les salles de cinéma en dessins animés de plus en plus nombreux et de moins en moins inspirés, le navet d’animation a fini par se développer sur les écrans à destination d’enfants confits aux sodas et gavés de pop-corn. Plus consommateurs que réellement spectateurs.
Ce Jurassic Bouffe, dénué de toute poésie, en est le plus triste exemple avec ses burgers et ses tacos sur pattes ou ses Cheddaraignées. Pas de quoi rêver, en effet, devant cette Île des Miam-nimaux qui est au dessin animé ce que la malbouffe est à la cuisine de terroir : un produit qui ne risque d’affoler… que votre cholestérol !
Si vous détestez qu’on prenne vos enfants pour des truffes ou des cornichons, épargnez leur ces aventures aussi insipides qu’écœurantes menées par des héros tartes qui doivent affronter un méchant gourou scientifique qui a la pomme de Steve Jobs (unique surprise de cette préparation industrielle sans saveur).
Un outrage au bon goût et à l’intelligence de nos petits.

Cliquez ici pour voir la bande annonce.

Haut de la page d’accueil