Affiche du film Hansel & Gretel : Witch Hunters
Après avoir tué dans leur enfance une méchante sorcière anthropophage habitant une maison faite de sucreries, Hansel et Gretel sont devenus de redoutables chasseurs de sorcières…
Depuis maintenant quelques années les grands studios américains vont piller les contes de fées, véritable vivier tombé dans le domaine public et dont les histoires sont connues du plus grand nombre.
Le brouet que nous servent les sorciers d’Hollywood est souvent concocté à partir de la même formule : un mélange – répétitif – à base d’action débridée (qui a dit décérébrée ?) et de romance à deux balles ponctué d’un humour balourd où la morale des vieux contes n’a plus court.
Après Blanche-Neige, c’est au tour d’Hansel et Gretel de boire la mixture sous les instructions de Tommy Wirkola dont le seul titre de gloire est une petite série Z horrifique à base de nazis zombies : Dead Snow.
Le réalisateur norvégien s’inspire largement de la recette des Frères Grimm de Terry Gilliam (la poésie et l’humour fin en moins) qu’il saupoudre d’action façon Underworld : Bastons à répétition, panoplie d’armes improbables et héroïne moulée dans une tenue en cuir mettant en valeur son postérieur.
Du produit calibré mais néanmoins efficace jusque dans sa 3D (chose assez rare pour être soulignée).
Au milieu de cette suite de bagarres et d’effets spéciaux, Gemma Aterton et Famke Janssen sont belles à regarder mais n’ont pas grand-chose à jouer. Quant à Jeremy Renner, il devrait faire attention à ne pas brader son talent dans ce genre d’adaptation sans âme où il risque fort d’y perdre aussi la sienne.

Cliquez ici pour voir la bande annonce.

Haut de la page d’accueil