Nouvelle comédie Will Ferrellienne sur le sport après Ricky Bobby roi du circuit ou Les rois du patin, Semi-Pro mérite d’être (re)découvert pour quelques scènes d’anthologies comme celle de la partie de poker ou pour les interventions hilarantes d’un ours rappelant les gags à double ou triple détentes de Blake Edwards.
Cependant, le film vaut surtout pour l’interprétation « inspirée » de Will Ferrell.
Avec sa coiffure bouclée et ses tenues extravagantes, il assume son personnage d’ex gloire du disco reconvertit dans le basket avec un abattage qui force le respect et fait poindre l’émotion. Une sincérité qui va jusqu’à s’entendre puisque le tube disco : « Love me sexy » chanté par Will Ferrell lui-même et produit Nile Rodgers (ancien guitariste du groupe Chic), ne déparerait pas au sein d’une compilation des grands tubes des années 70.
A n’en pas douter, Jackie Moon et son équipe de bras cassés méritent amplement d’entrer dans la NBA de la comédie déjantée.