Une comédie romantique sur fond de critique sociale servie par trois excellents comédiens, c’est ce que semblait promettre In the air sur le papier.
A l’écran c’est, hélas, une toute autre histoire qui se joue.
La comédie s’avère plus cynique que romantique et délivre, au final, un message plutôt convenu valorisant le mariage et le conformisme.
Quant à la vague critique sociale, (Le personnage joué par Clooney se félicite – si, si ! – de licencier les gens les yeux dans les yeux – quel courage ! – mais le fait sans trop de scrupule ni de remords), elle est totalement désamorcée en fin de film par un plan sidérant de cynisme où des employés concluent, face à la caméra, que leur licenciement a eu du bon en leur permettant de se rapprocher de leur famille !
La petite satire se transforme alors en ode au capitalisme et à ses manières libérales qui, c’est bien connu, épanouissent l’individu et la société.
Reste le joli couple formé par George Clooney et Vera Farmiga et la touchante composition d’Anna Kendrick en jeune cadre arriviste.
Quoi d’autre ? Bah rien, justement !
In the air, un film qui, malgré son équipage « Première classe », aurait gagné à prendre un peu de hauteur et de considération pour ses spectateurs en transit.