Ils sont peu nombreux les films qui vous émeuvent au point de trouver dérisoire tout ce qu’on pourrait en dire. Un coeur simple fait partie de ceux-là et pourrait se résumer en trois B : Beau, Bouleversant, Bonnaire.
Marion Laine nous conte avec délicatesse une histoire sur l’amour et la manière dont son manque nous affecte et nous détruit. Elle est aidée en cela par la confrontation inspirée de deux grandes actrices. Marina Foïs, en châtelaine froide et revêche bridant ses sentiments, est remarquable. Mais c’est surtout Sandrine Bonnaire, en femme de la campagne aimante et dévouée, qui impressionne. Elle porte le récit sur ses épaules, magnifique et lumineuse jusque dans la douleur. Son jeu en état de grâce transfigure la silencieuse et discrète Félicité pour en faire un personnage de tragédie que vous ne serez pas prêt d’oublier, longtemps après que le film soit terminé.