Suite à une grave blessure lors d’un spectacle, une prometteuse danseuse classique apprend que son avenir professionnel est peut-être compromis. Une fois le choc de la nouvelle passé, Élise va tenter de rebondir et de trouver un nouveau sens à sa vie.

Encore quelques films peu convaincants comme Ce qui nous lie ou Deux Moi et Cédric Klapisch aurait fini par nous faire croire qu’il n’était plus en phase avec son temps.
Heureusement, sans y aller par quatre chemins, ni même passer par Angkor, le cinéaste nous prouve avec ce En corps qu’il est toujours capable de nous ravir, même avec une comédie dramatique sur la danse. Encore qu’avec un film sur des artistes évoluant en tutus ou en chaussettes, le projet était loin d’être gagné. Pourtant, à l’aide de jolis plans et de belles idées de mise en scène pour mettre en valeur les corps, le cinéaste compose un film solaire qui parvient à capter l’énergie des danseurs tout en magnifiant les chorégraphies présentées, qu’elles soient classiques ou modernes.
Autour de la danseuse Marion Barbeau, véritable révélation, François Civil, Pio Marmaï et Souheila Yacoub assurent avec entrain la partie comédie et apportent des pauses de légèreté bienvenues. Alors même si quelques considérations oiseuses pour coach de vie (sur la reconstruction de soi après un accident, sur la force du mental ou sur les pères qui ne disent, soi-disant, jamais « Je t’aime » à leurs enfants) alourdissent un peu le propos, En corps emporte l’adhésion par son bel élan fraternel et convivial.