Affiche du film Tous en scène
Directeur d’un illustre théâtre aujourd’hui décrépi, Buster Moon est un koala sympa aux abois car criblé de dettes. Pour se sortir de cette mauvaise passe, et renouer avec le succès, il décide d’organiser un grand concours de chant.
On connait la chanson. Surfant sur la mode des télé-crochets, la nostalgie des vieux tubes remis au goût du jour et le rêve de devenir une « star », Tous en scène offre un spectacle convenu qui ne va guère plus loin que son propos de base.
Un film d’animation, plus commercial que créatif, qui formate le goût des enfants sur un type de musique tout en jouant la sérénade à leurs parents sur des airs connus.
Bref, une partition bien rodée agrémentée de quelques gags (pour faire bonne mesure ?) pour un résultat qui, s’il n’est pas désagréable, n’a vraiment rien d’original. La seule expérimentation (ratée !) se limitant à transformer une souris blanche (de laboratoire ?) à la voix de crooner en un personnage antipathique de bout en bout. Un test en forme de couac qui gâche, en partie, la fin de ce prévisible tour de chant.