Affiche du film Un sac de billes
De 1943 à 1944, l’incroyable périple de deux enfants juifs livrés à eux-mêmes dans la France occupée.
En adaptant le livre autobiographique de Joseph Joffo, Christian Duguay offre une reconstitution plutôt convaincante des années d’occupation ainsi que le récit émouvant du destin d’une famille, privilégiant notamment le lien entre les deux jeunes frères qui se bonifie à mesure qu’ils progressent dans leur périlleux voyage.
Il faut dire que Dorian Le Clech et Batyste Fleurial font preuve, à l’image de leurs personnages, d’une complicité grandissante qui finit par emporter l’adhésion, faisant oublier le côté un peu cliché de certaines scènes – comme cette bataille de polochon se terminant dans une pluie de plumes – ainsi que quelques anachronismes langagiers.
Alors, même si le réalisateur de Jappeloup lorgne parfois du côté de l’esthétique « carte postale » pour illustrer son sujet, il a au moins le mérite de ne jamais perdre de vue le message d’espoir du romancier tout en remettant en lumière, sans complaisance, une époque (pas si éloignée de la nôtre) où le nationalisme, l’intolérance et les idées nauséeuses conduisirent aux pires atrocités.