Affiche du film Doctor Strange
Suite à un grave accident de voiture, le docteur Steven Strange, neurochirurgien aussi renommé qu’imbu de sa personne, perd l’usage de ses mains. Dans l’impossibilité d’exercer son métier, il part pour Katmandou dans l’espoir de guérir ses blessures.
Là-bas, il va faire la découverte d’un monde lui permettant d’avoir accès à des dimensions alternatives. Ces nouvelles aptitudes métaphysiques vont le transformer à jamais…
Après avoir largement déployé l’aspect gros bras de ses super-héros, Marvel s’attaque, cette fois, au côté magique de son univers et lance sur les écrans un personnage peu connu du grand public mais très apprécié des fans de comics : Doctor Strange.
Comme pour Les gardiens de la galaxie ou Ant-Man, le fait que ce personnage soit moins connu semble avoir laissé plus de latitudes au réalisateur qui nous offre une adaptation plutôt fidèle à la bande dessinée (les graphismes des sorts apparaissent bien à l’écran), rehaussée d’effets ébouriffants entre trips psychédéliques des années 70 et villes kaléidoscopiques façon Inception.
Un film qui possède aussi pas mal de points communs avec le Iron Man de Jon Favreau. Même personnage arrogant qui se bonifie à la suite d’un évènement tragique, même humour pince sans rire et, surtout, même acteur charismatique.
Très proche physiquement de son modèle de papier, Benedict Cumberbatch a autant de magnétisme que Robert Downey Jr et exerce un réel pouvoir de fascination. Les présences de Tilda Swinton, Chiwetel Ejiofor et Mads Mikkelsen, à ses côtés, achèvent d’emporter l’adhésion.
Laissez-vous envoûter par les charmes magiques du Doctor Strange qui prouve que Marvel, loin d’être à bout de souffle, a encore de nombreux sortilèges efficaces en sa possession.