Affiche du film Mama
Deux jeunes sœurs, portées disparues le jour du décès de leurs parents, sont retrouvées cinq ans plus tard dans une inquiétante cabane au fond des bois. Confiées à leur oncle et à sa petite amie, elles tentent de se réadapter à la vie en société, mais un être malfaisant semble les avoir accompagnées…
Au carrefour de deux styles horrifiques en vogue – l’un japonais avec son fantôme de femme désarticulée aux longs cheveux et l’autre espagnol avec sa mère courage et ses enfants en proie à l’au-delà – Mama se démarque pourtant du tout venant des films d’horreur en jouant la carte du conte fantastique et de l’ambiguïté.
Andrés Muschietti dispense avec parcimonie ses effets pour mieux faire peur et à le bon goût de donner une réelle épaisseur à sa revenante (dangereuse mais aimant vraiment les deux fillettes) ainsi qu’à Jessica Chastain, moins lisse et insipide qu’à l’accoutumée.
Plus qu’à une banale histoire de spectre revanchard, c’est finalement à l’affrontement de deux mères adoptives pour la garde de leurs enfants que nous convie ce film. Un changement de point de vue qui fait toute la différence et rend cette Mama plutôt fréquentable.