Affiche du film Crazy Amy
Afin de suivre la philosophie inculquée par son père lorsqu’elle était enfant, Amy mène une vie de joyeuse fêtarde et collectionne les conquêtes d’un soir. Mais lorsque, pour la rédaction d’un article de presse, elle fait la connaissance d’un sympathique médecin du sport, sa répulsion affichée pour la monogamie va en prendre un sacré coup…
Au même titre que Melissa McCarthy (Spy) ou Rebel Wilson (La nuit au musée 3), Amy Schumer fait partie de ces nouvelles comédiennes américaines qui pratiquent un comique décomplexé en jouant de leur physique (à l’opposé des silhouettes Barbie en vogue à Hollywood) et en usant d’un langage plutôt cru, pour ne pas dire très cul.
Si la première heure du film offre son lot de situations cocasses et de répliques assez « crazy », la seconde partie rentre rapidement dans la norme de la comédie romantique standardisée pour finir par « faire Amy-amie » avec la morale monogame pourtant si vertement critiquée.
Longuet et abusant de blagues réservées à un public américain, le film de Judd Apatow n’est pas à la hauteur de l’abattage d’Amy Schumer, ni de la performance de Tilda Swinton, une nouvelle fois méconnaissable, en ignoble rédactrice en chef égocentrique.
Finalement, le Crazy Amy annoncé n’est que du Crazy Amyable !

Cliquez ici pour voir la bande annonce.

Haut de la page d’accueil