Affiche du film White House Down
De passage à la Maison-Blanche, en compagnie de sa fille, un policier se retrouve mêlé à une prise d’otages à la Maison-Blanche. Face à un groupe de mercenaires armés jusqu’aux dents, il va tout faire pour protéger sa fille et le président des États-Unis.
Sorti la même année que le pitoyable La chute de la Maison-Blanche d’Antoine Fuqua, sur un sujet similaire, il y avait tout à craindre du nouveau film de Roland Emmerich, le plus américain des réalisateurs étrangers tournant aux USA.
Contre toute attente, White House Down, s’il fournit effectivement son lot de fusillades et de catastrophes en tous genres, est plutôt une bonne surprise. Roland Emmerich ayant le bon goût de lever le pied sur ses habituels élans patriotiques pour proposer un divertissement dans la lignée des films d’action de la fin des années 80, façon Piège de cristal. Si Channing Tatum n’a pas le charisme de Bruce Willis, son duo avec Jamie Foxx (moins agaçant que d’habitude) ne manque pas d’humour. Et puis c’est toujours un plaisir de voir James Woods jouer les ordures de service.
Moins bête que l’invasion de terroristes nord-coréens filmée par Fuqua, le cinéaste imagine une attaque de la Maison-Blanche assez plausible organisée de l’intérieur par des nationalistes et des industriels de l’armement. Un éclair de lucidité qui ne gâche en rien l’efficacité de ce festival de bagarres et d’explosions, bien au contraire.

Cliquez ici pour voir la bande annonce.

Haut de la page d’accueil