Affiche du film Catacombess
Deux archéologues, accompagnés d’un petit groupe d’explorateurs, s’enfoncent dans une zone inexplorée des catacombes parisiennes à la recherche de la pierre philosophale de Nicolas Flamel.
Enième variation horrifique à base de caméras subjectives atrocement secoués et d’absence de mise en scène, Catacombes est ce que les critiques 2.0 des réseaux sociaux, friands de critiques en franglais, appellent un « Found footage ».
Un genre – relancé en 1999 par Le projet Blair Witch – qui consiste surtout à tenter de faire de très gros bénéfices avec un budget limité.
Malgré la réelle originalité de son décor principal, Catacombes est un authentique « Found footage de gueule » qui, plutôt que d’exploiter son intéressant postulat de départ, se contente d’enchaîner tous les poncifs agités et sanguinolents en vogue dans ce type de production.
Une sorte de The Descent fauché où des comédiens de seconde zone errent comme des âmes en peine dans d’obscures galeries souterraines hantées par des spectres au rabais.
Seule surprise, le nom étrangement prédestiné de la comédienne principale : Perdita Weeks.
Pour le reste, Catacombes c’est, au choix, Catacon ou Cacacomble !

Cliquez ici pour voir la bande annonce.

Haut de la page d’accueil