Affiche du film Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu
Petits chassés-croisés amoureux londonien au sein d’une même famille…
Woody Allen a-t-il encore quelque chose à dire ?
La question peut se poser devant ces petites histoires d’amour ineptes et convenues qui s’entrecroisent mollement.
A la manière de ses personnages, le cinéaste papillonne d’une aventure sentimentale à une autre avec une superficialité qui frise le « je m’en foutisme », mais qu’une presse un peu trop bienveillante qualifie d’esquisse ou d’hymne à la légèreté ! (Si le même film avait été tourné par un inconnu, fut-il bel et sombre, nul doute que ce réalisateur aurait été prié de revoir sa copie).
Plutôt que de courir plusieurs lièvres à la fois, il eut certainement mieux valu développer une seule intrigue. Mais le Woody Allen nouveau est semble-t-il plus occupé à parcourir les capitales européennes qu’à peaufiner ses scénarios.
Ce soap opera pépère sur la vieillesse et le démon de midi a beau être soutenu par un impressionnant casting, soyez prévenu que si vous vous y risquez Vous allez rencontrer une belle et sombre… déconvenue.