Affiche du film Associés contre le crime
Suite à la disparition d’une riche héritière russe, les Beresford mènent l’enquête dans un centre de chirurgie esthétique aux méthodes aussi révolutionnaires qu’expéditives.
Avec cette troisième adaptation sur grand écran des aventures de Bélisaire et Prudence (alias André Dussolier et Catherine Frot), Pascal Thomas vient d’inventer la première comédie réservée au troisième âge.
Au milieu d’une vague intrigue policière pépère et d’un humour qui se voudrait décalé mais fait surtout bailler – avec petite incursion dans le paranormal, hélas plus pathétique que fantastique – les deux acteurs principaux font le minimum syndical et semblent profiter au mieux de leur magnifique séjour en Suisse et en Haute-Savoie.
On est content pour eux, ainsi que pour les pensionnaires des maisons de retraite qui ne verront pas leur sieste troublée par ce spectacle aussi vivifiant qu’un abus de somnifère au grand air. Sans parler des vieilles peaux fraîchement liftés qui ne risquent pas d’éclater leurs coutures par des éclats de rire intempestifs.
Mollassonne, pas drôle et avec une fin à n’en plus finir, il est à souhaiter que cette enquête soit la dernière. A moins que Pascal Thomas ne désire pousser son expérimentation jusqu’à l’encéphalogramme plat du rebondissement cinématographique ?