Affiche du film Une vie de chat
La petite Zoé ne parle plus depuis la disparition tragique de son père.
Et sa mère, commissaire de police, la délaisse, trop occupée à essayer d’arrêter le meurtrier.
Heureusement que son chat, Dino, veille sur elle dans la journée.
Mais la nuit, le félin mène une double vie et traîne sur les toits de Paris en compagnie de Nico, un sympathique cambrioleur…
Avec son graphisme original et coloré, son intrigue aux allures de polar et son agréable musique jazzy, Une vie de chat déclare à son tour la vitalité du cinéma d’animation français, plus proche ici de la peinture animée que du trait façon Disney ou du graphisme lisse et aseptisé du tout venant numérique.
Depuis les toits de Paris, Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli nous font découvrir un univers qui, s’il aborde parfois des sujets graves ou inquiétants, ne se dépare jamais de son humour, de sa poésie, ni de ses nombreuses références cinématographiques : de M. Hulot aux Tontons flingueurs en passant par La Nuit du chasseur.
Court, inventif (la maison des méchants plongée dans le noir) et rythmé, ce conte moderne – avec un truand en guise d’ogre et un voleur pour prince charmant – vous met dans sa poche avec la même habileté que Nico le cambrioleur.
Une vie de chat qui ne manquera pas de faire miauler de plaisir grands et petits.