Même si le thème de l’incorruptible seul contre tous à déjà été traité maintes fois au cinéma, voilà bien longtemps que n’était pas sorti sur nos écrans un thriller d’espionnage aussi bien mené.
S’emparant d’un sujet dans l’air du temps, (La mainmise sur les Etats de patrons voyous prêts à tout – et surtout au pire – pour faire fructifier leurs sociétés) Tom Tykwer nous livre un film captivant à la mise en scène efficace.
A ce titre, l’ébouriffante fusillade dans le musée Guggenheim de New-York restera certainement comme une scène d’anthologie du film d’action.
Le casting est lui aussi à la hauteur. Clive Owen nous livre une composition d’homme obstiné plutôt convaincante épaulé par l’interprétation toute en finesse de Naomie Watts.
Reste qu’un peu plus de paranoïa et un final un peu moins grand public (le scénario ne va pas jusqu’au bout de la noirceur du propos) auraient permis à cet excellent divertissement d’accéder au rang de classique.
Néanmoins, ne boudons pas notre plaisir et saluons le retour d’un genre un peu passé de mode depuis les années 70 et qui a certainement de beaux jours devant lui : Celui du polar politique.