Affiche du film Last Christmas
A Londres, une jeune femme se retrouve presque à la rue à cause de ses maladresses et de son attitude égoïste envers sa famille et ses ami(e)s. Mais la rencontre de Tom pourrait bien changer le cours de sa vie…
L’excellent Paul Feig (Spy, L’ombre d’Émilie) revient, une nouvelle fois, là où on ne l’attend pas et sans craindre de se faire… enguirlander. À savoir sur le terrain, toujours un peu glissant et sirupeux, de la comédie de Noël. Heureusement, fidèle à son goût pour les actrices, à qui il sait donner les beaux rôles, et grâce au scénario d’Emma Thompson, qui transforme la comédie romantique attendue en un joli conte prônant l’ouverture aux autres pour parvenir à se trouver soi-même, Last Christmas se laisse agréablement suivre. Dommage que les gags, où l’on retrouve la patte décalée du réalisateur, ne soient pas plus nombreux, le film cherchant visiblement à ne pas trop faire rire pour permettre à l’émotion de s’installer. Le tout emballé par les chansons de George Michael qui, si elles ponctuent plaisamment le film, semblent parfois plaquées artificiellement sur le récit.
Qu’importe, le joli minois d’Emilia Clarke (pas totalement convaincante, toutefois, dans le registre de la comédie), le charme d’Henry Golding et leurs chassés-croisés dans un Londres de carte postale permettent, malgré tout, à la magie de Noël d’opérer en attendant, de pied ferme, le retour de Paul Feig aux affaires après cette parenthèse hivernale qui ne manque pas de cœur.