Affiche du film Rogue One
Une jeune femme s’allie à la Rébellion pour dérober à l’Empire les plans de l’Étoile Noire que son père a élaboré.
Situé entre La revanche des Sith et Un nouvel espoir (les épisodes 3 et 4 de Star Wars) Rogue One est une bonne surprise qui s’inscrit parfaitement dans la continuité de la saga, mieux d’ailleurs que les épisodes 1 à 3 qui peinaient à raccrocher les wagons avec la trilogie originelle.
Si la fin du récit est connue d’avance, Gareth Edwards a le mérite de proposer un univers étendu cohérent par rapport à celui imaginé par George Lucas, des personnages matures et une action plus sombre orientée film de guerre. Sans pour autant oublier de créer, comme dans tout bon Star Wars, un robot attachant (K-2SO) qui en remontre à ses partenaires humains.
Alors, même si le personnage de Forest Whitaker (invité de luxe) est sous-exploité et que les membres du commando rebelle auraient pu être beaucoup plus charismatiques, Rogue One tient ses promesses – avec son riche bestiaire, ses nombreux vaisseaux – et offre un final épatant qui fait oublier les faiblesses qui parsèment le récit.
Plus réussi que Star Wars 7 : Le réveil de la force, il reste à espérer que ce nouvel opus montre la voie à suivre aux prochains films de la franchise.