Affiche du film : Starbuck
David Wozniak, la quarantaine, n’a pas vraiment réussi sa vie. Grand adolescent irresponsable, il doit jongler entre ses livraisons pour la boucherie familiale, des dealers pas commodes à qui il doit une grosse somme d’argent et sa petite amie qui lui apprend qu’elle est enceinte. Alors quand on lui annonce que, suite à ses dons répétés de sperme dans sa jeunesse, il est le géniteur de 533 enfants dont 142 d’entre eux veulent connaître son identité… Les choses ont un peu tendance à se barrer en couilles, tabernacle !
La comédie de l’été 2012 nous vient du Québec.
Sur un sujet de société original dont l’approche aurait pu facilement être graveleuse, Ken Scott réalise une comédie enlevée qui ne manque pas de finesse. Les dialogues souvent hilarants sonnent juste et les situations loufoques s’enchaînent avec habileté à l’intérieur d’un scénario où s’invite, petit à petit, une tendresse et une émotion inattendue. Étrange destin que celui de ce loser qui découvre avec enchantement que ses gènes sont capables de produire des êtres si différents et pourtant si proches dans leur envie commune et fraternelle de retrouver leur père biologique.
Remarqué en France dans Bon Cop, Bad Cop, Patrick Huard donne au personnage de David une belle humanité et une complexité grandissante à mesure qu’il se questionne sur ses paternités multiples tout en formant un irrésistible duo comique avec Antoine Bertrand – qui joue son meilleur ami et avocat. Leurs discussions de voisinage comptent parmi les moments les plus savoureux du film.
Ne passez pas à côté de Starbuck, joli conte drôle chaleureux qui donne envie de s’ouvrir aux autres et de croire encore au genre humain. Nul doute que, grâce à lui, les dons de sperme augmentent significativement dans les prochains mois.

Cliquez ici pour voir la bande-annonce.

Haut de la page d’accueil