Pourquoi le monde n’a plus besoin de Superman.
C’est le titre de l’essai publié par Loïs Lane dans le film.
C’est aussi la question qu’a dû se poser Bryan Singer avant de commencer son film. En effet, qu’est-ce qui peut bien donner envie aux spectateurs de suivre les mésaventures d’un héros lisse et indestructible alors qu’il y a actuellement au cinéma profusion de super-héros à la vie beaucoup plus compliquée et passionnante ? (Batman, X-Men et autre Spiderman).
Le réalisateur essaye de donner un semblant de réponse en tentant d’étoffer un peu son personnage. Absent depuis cinq ans, le justicier retrouve Metropolis et son journal mais les gens ont changé. Loïs Lane vit avec quelqu’un (James Marsden, aussi inexpressif que dans son rôle de Cyclope) et elle a un enfant. Hélas, ce petit supplément d’âme ne suffit pas et la révélation finale sur l’origine du gamin fait l’effet… d’un pétard mouillé.
La faute sans doute à un casting mou du genou. Brandon Routh a autant de charisme qu’un bulot en justaucorps et son interprétation de Clark Kent tente péniblement de se hisser au niveau de celui de Christopher Reeve. Kate Bosworth manque singulièrement de punch comparée à la Loïs Lane de Margot Kidder. Quant à l’enfant de la journaliste, il est aussi expressif qu’une huître.
Cela dit, c’est de famille !
Seul Kevin Spacey relève le niveau en campant un Lex Luthor beaucoup plus savoureux que Gene Hackman.
Pas dupe, Bryan Singer tente de sauver les meubles grâce à des scènes d’action réellement ébouriffantes – L’avion en détresse, Superman à l’épreuve des balles… – et à pas mal d’humour et de clins d’œil aux fans des premiers films. Peine perdue ! Les 2h34 du film paraissent interminables et finissent de plomber totalement l’ambiance.
Pourquoi le monde n’a plus besoin de Superman ?
Pas la peine de te fatiguer à rédiger l’article Loïs !
Bryan Singer vient de nous donner la réponse sur grand écran.

Cliquez ici pour voir la bande-annonce.

Haut de la page d’accueil