Shoot'Em Up
Il fait nuit. Un homme mange une carotte assis sur un banc public.
Une femme enceinte apeurée passe devant lui.
Une horde de tueur est à ses trousses.
L’homme hésite.
Un des porte-flingues lui fait signe de ne pas intervenir.
Mauvaise idée. On ne dit pas à Mr Smith ce qu’il doit faire.
Habile mélange entre le cinéma d’action asiatique survolté et le jeu vidéo bien bourrin où l’on doit dessouder tout ce qui bouge (également appelé Shoot’em up), le film de Michael Davis n’a pas volé son titre. Les cadavres se comptent par dizaines et les façons de tuer l’ennemi sont aussi originales que variées. Mention spéciale à l’utilisation « piquante » de la carotte et à une scène grandiose où l’expression « tirer un coup » prend enfin tout son sens.
Sur terre, dans les airs ou sur route, Mr Smith met en application l’expression de Raoul Volfoni dans Les tontons flingueurs : il dynamite, il disperse, il ventile !
Clive Owen en « nounou anglaise en plus dangereux » en impose avec son air buté.
Monica Bellucci a rarement été aussi juste en pute au grand cœur.
Quant à Paul Giamatti, il compose un méchant énorme et savoureux qui, entre deux massacres, passe son temps au téléphone avec sa femme.
Rempli de trouvailles scénaristiques et visuelles – à l’image de la joute verbale entre le héros et le méchant par enseigne lumineuse interposée – ce film malin, méchant mais surtout très drôle se déguste avec un indéniable plaisir.