Loin des récents polars américains privilégiant l’action au récit, Bertrand Tavernier – pour son premier film aux USA – retrouve l’atmosphère des films policiers des années 50-60.
Aux côtés de Dave Robicheaux, policier taciturne et incorruptible hanté par d’anciennes blessures qu’incarne un impeccable Tommy Lee Jones, le réalisateur nous entraîne dans une enquête mystérieuse et moite à l’image des bayous qui servent de cadre à l’intrigue. Là, policiers, cadavres, truands, fantômes et stars de cinéma se croisent dans un monde où onirisme et réalité sont étroitement mêlés.
Par petits plans sensibles, dans les paysages de Louisiane hantés par le passage du cyclone Katrina dont la Nouvelle-Orléans porte encore les stigmates, le film avance vers sa résolution en pointant au passage les compromissions de chacun avec un passé négrier encore vivace.
Film désenchanté mais non dénué d’espoir, Dans la brume électrique tient la promesse de son titre magnifique et s’offre même le luxe d’un petit clin d’œil final (voulu ou inconscient ?) au Shining de Stanley Kubrick.
Fantastique polar ou polar fantastique ? A vous de voir ! Mais ce voyage en eaux troubles ne saurait laisser indifférent.