Affiche du film Troie
Dans la Grèce Antique, le siège de Troie par la coalition de toutes les armées grecques désireuse de récupérer Hélène, reine de Sparte, qui s’est enfuie, par amour, avec Paris, jeune prince troyen.
Après avoir été florissant dans les années 60, le péplum, qui était peu à peu tombé en désuétude, renaît de ses cendres grâce au succès du film Gladiator de Ridley Scott au début des années 2000. S’inscrivant dans sa mouvance et doté d’un énorme budget, Troie redonne ses lettres de noblesse au genre grâce à la beauté de ses décors, son grand nombre de figurants et ses impressionnants combats. Alors même si le film prend beaucoup de libertés avec l’Iliade d’Homère qui est sa principale source d’inspiration, il faut saluer le grand savoir-faire dont fait preuve Wolfgang Petersen qui parvient à résumer sur quelques semaines un siège censé se dérouler sur dix ans, ainsi qu’à parfaitement retranscrire à l’image, de manière fluide et lisible, les différents affrontements qui émaillent le récit. Le réalisateur s’offre même un étonnant débarquement antique sur une plage et un premier choc entre les deux armées rivales digne de ceux filmés par Mel Gibson dans Braveheart, faisant oublier le côté un peu mièvre des amours entre Paris et Hélène. Et s’il prend plutôt le parti des Troyens, Petersen prend garde de ne jamais diaboliser les Grecs, cherchant également à faire comprendre les motivations de leurs chefs : Achille et Ulysse en tête.
Doté d’une impressionnante distribution allant de Peter O’Toole à Julie Chritie en passant par deux transfuges du Seigneur des anneaux : Orlando Bloom et Sean Bean (qui est pour une fois sauvé de la mort grâce à son rôle d’Ulysse), Troie vaut surtout pour la prestation de Brad Pitt, au sommet de sa beauté. De presque tous les plans, l’acteur est parfaitement ambigu dans le rôle du légendaire Achille, même s’il abuse parfois un peu trop des poses inspirées.
Guerrière sans être trop manichéenne, les héros de chaque camp ayant leur part d’ombre, cette grande fresque devrait largement contenter tous les amateurs de grandes aventures épiques.